JP-Scott-fr

2019/20  Scott Kingsland – Les Marmitons de Québec

 

 

 

 

 

 

Si Scott n’était pas du groupe fondateur de « Les Marmitons de Montréal » en 1977, on doit reconnaître qu’il a joué un rôle de premier plan dans l’essor de cette idée originale qui a évolué pour devenir Les Marmitons International (LMI).  En effet, Scott devient membre des Marmitons de Québec en 1996, alors que cette section a tout juste deux années d’existence.  Son implication lui mérite rapidement un siège sur le conseil d’administration en 1998 et trois ans plus tard, il devient président du chapitre de Québec, poste qu’il occupe toujours (et que personne ne songe à lui ravir) 

Sur un plan plus général, on le retrouve parmi les administrateurs de LMI dès 1998 et en 2001, il remplace Jean-Pierre Jobin au poste de Président.  Au cours des dix années qu’a duré ce mandat, Scott multiplie les échanges et les rencontres avec les différentesections dont neuf viennent s’ajouter pendant son mandat.  C’est pratiquement du simple au double! On imagine ce que cela peut représenter sur le plan des communications, de l’encadrement, du soutien, de la paperasse, sans compter les nombreux déplacements qu’impliquent les rencontres et événements spéciaux. Pas étonnant que tous les Marmitons, d’ici et d’ailleurs, connaissent Scott et apprécient ce personnage coloré, dynamique et enthousiaste.

 Les Marmitons qui côtoient Scott sur une base régulière reconnaissent de façon unanime qu’il est quelqu’un de particulièrement rigoureux.  Le décorum de nos rencontres épicuriennes est une de ses priorités.  C’est toujours lui qui monte le plan de table et qui en surveille l’exécution.  Il repasse toujours derrière pour ajuster la disposition de tel ustensile ou autre accessoire.  Pour l’artiste qu’il est, le visuel a une grande importance.  

Il est une personne disciplinée et il attend des Marmitons présents qu’ils le soient également et il ne se gêne pas pour rappeler à l’ordre lorsque nécessaire.  Admirons par ailleurs le fait qu’il communique toujours en français, sa langue seconde, par respect pour les personnes à qui il s’adresse.  La seule exception à cette règle qu’il s’impose à lui-même, est le traditionnel « up yours » qu’il lance d’une voix de stentor au moment de porter un toast. 

Jovial, positif, sociable, on lui pardonne facilement le fait qu’il ne cuisine pratiquement jamais, trop occupé qu’il est à nous prendre en photo, photos qui seront à notre disposition dès le lendemain matin. 

Soyons honnêtes, tout le monde a ses défauts ou faiblesses et Scott n’échappe pas à la règle.  À pratiquement chaque événement, Scott doit s’y reprendre à plus d’une reprise pour déterminer le bon nombre d’assiettes à prévoir.  Certains ont même pensé lui offrir une calculette… Cela étant son seul défaut, on le lui pardonne aisément.  

Par conséquent, pour sa personnalité, son attitude, son assiduité ainsi que pour le succès remporté dans ses nombreuses réalisations, Scott Kingsland mérite pleinement de recevoir le prix Jean-Pierre Jobin pour l’année 2020.